Midilibre.fr
Tous les blogs | Alerter le modérateur| Envoyer à un ami | Créer un Blog

mardi, 16 août 2011

Voila où finissent certains livres de l'ancienne Bibliothèque municipale de Carcassonne...

Bibliothèque Carcassonne août 2011 004.jpg
Ce matin rue de Verdun à Carcassonne...
Photos: Chroniques de Carcassonne
---------
Stupéfaction des passants ce matin, rue de Verdun à
Carcassonne
devant l'ancienne Bibliothèque municipale.
Bibliothèque Carcassonne août 2011 003.jpg
Des milliers de livres jetés dans une benne
étaient prêts à partir à la décharge.
Parmi eux, se trouvaient des exemplaires provenant de donations faites par
l'Académie des Arts et des Sciences de Carcassonne
ou du fond Coste-Reboulh comme en atteste cet ouvrage
(en mauvais état) avec sa signature.
chroniques de carcassonne,carcassonne,bibliothèque de la communauté d'agglomération du carcassonnais
Beaucoup de passants se sont empressés pour récupérer des
exemplaires ainsi que certains brocanteurs et bouquinistes...
chroniques de carcassonne,carcassonne,bibliothèque de la communauté d'agglomération du carcassonnais
----------

Commentaires

Je suis mon cher Alain, dégoûté par ce que je vois!

Écrit par : Martial Andrieu | mardi, 16 août 2011

J'ai envoyé mes photos à Martial et je viens de scanner quelque ouvrages que j'ai récupéré.C 'est une honte,même si ces ouvrages n'avaient aucune valeur historique (bien que j'en doute), il y existait une autre façon de traiter ces livres anciens. Par exemple les proposer aux carcassonnais le samedi matin rue de l'aigle d'or.C'était l'occasion d'une communication.
C'est "Faranheit 51" à Carcassonne

Écrit par : Patonze | mardi, 16 août 2011

Pour ma part je suis scandalisé! quelle belle image pour nos jeunes lycéens ....quelles sont loin nos societés scientifiques ...dont les rapports nous emerveillaient a chaque parution..! c'est vrai que la communication evolue..

Écrit par : Régis Perich | mardi, 16 août 2011

Je reste sans voix. Dans la chaleur de l'été, y a t-il quelqu'un pour répondre de cette spoliation du patrimoine des carcassonnais et du traitement misérable réservé à ces pages. A l'ère du numérique, ces ouvrages méritaient-ils tous de finir recyclés en papier toilette?

Écrit par : Marieh Melendez | mardi, 16 août 2011

Parisien depuis toujours, je sais que dans la capitale on peut voir beaucoup de choses curieuses mais là ! Une benne remplie de livres ! Chapeau la gabegie !
M. Le Maire de Carcassonne est-il au courant de cette initiative malheureuse ? Et les "autorités culturelles" de la ville ?
Ceux qui ont eu cette idée géniale aurait pu offrir les livres à une association caritative, Emmaus, par exemple...
Bravo !

Écrit par : Christophe Bourachot | mardi, 16 août 2011

Mais qui a pu prendre une telle décision ? Personne dans cette bibliothèque municipale ne s'est élevé pour empêcher que des livres finissent dans une benne? Comment peut on faire une chose pareille? Brûler ou détruire des ouvrages qui auraient pu être offerts à des établissements scolaires ou à des étudiants. Tous ceux qui aiment les livres ne s y tromperont pas..... Les responsables ne méritent que de changer de voie .... Ou de partir à la retraite le plus rapidement possible c est scandaleux , c est honteux pour notre ville de Carcassonne. Et c est Tres bien de le faire savoir ....
Marie Christine Poirrier Desplans

Écrit par : Marie Christine Poirrier Desplans | mardi, 16 août 2011

Encore des irresponsables au "service" de Carcassonne...et puis, en pleine saison touristique, on n'a plus honte de rien !

Aucune excuse pour ce genre d'action : tous les livres ont une valeur (et il ne s'agit pas là que de vulgaires revues...).

Ou peut-être a-t-on voulu montrer que dans les rues de la Bastide, Culture et Propreté sont logées à la même enseigne?!

Écrit par : OC | mardi, 16 août 2011

Es una vergonha ! Quand on pense à tous ceux qui rêveraient d'un seul de ces livres ! En Afrique et aussi ici, au Secours Populaire ou aux Restos du Coeur. Si les "ir-responsables culturels" de la ville n'ont pas les adresses, ils peuvent chercher dans l'annuaire des associations, à moins qu'ils ne l'aient aussi jeté aux orties ! Merci de nous en avoir informés.

Écrit par : Mirelha | mardi, 16 août 2011

Cette benne est la marque éclatante du deuil de la Culture sur Carcassonne
Après avoir fermé la salle d'études depuis juin 2010, le fond ancien de la Bibliothèque de Carcassonne a été livrée aux loups et aux chiens
Feu Descadillas doit se retourner dans sa tombe.
La bibliothèque de Carcassonne finit dans le ruisseau .
Le nouveau propriétaire, l'Agglo, montre son vrai visage.

Écrit par : Marie | mercredi, 17 août 2011

Les "Donneurs de Leçons" montrent leur vrai visage ! Il ne fallait pas construire de médiathèque à Carcassonne. Il valait mieux exposer les livres à la lumière (sacrilège) dans une ancienne halle et imaginer un endroit qui n'est pas fait pour recevoir une bibliothèque. Voilà le résultat ! Il parle de lui-même ! Des incapables !

Écrit par : Juliana | mercredi, 17 août 2011

C'est de la folie pure, anciennement on parlait d’autodafé et c'était considéré comme un crime ! maintenant on jette. Ce n'est pas la première fois que je vois ce genre de truc. Il faut dire que les bibliothèques publiques n'ont pas le droit de récupérer les anciens livres ... et voilà comment des merveilles vont disparaître à tout jamais. par contre je connais une mairie qui s'est trouvé dans le même cas que celle de Carcassonne et qui adhérant à une espace culturel intercommunal a préféré donner ses livres à ses citoyens au lieu de les jeter bêtement à la benne. En plus POURQUOI et à cause de qui, les bibliothèques publiques ne peuvent pas RECUPERER les livres anciens sur leurs rayons??

Écrit par : Geneviève Grassaud | mercredi, 17 août 2011

http://histoiresdecarcassonne.blogs.lindependant.com/archive/2011/08/17/paul-lacombe-desherbe-lui-aussi.html

Écrit par : Martial Andrieu | mercredi, 17 août 2011

Et on parlera encore du patrimoine mondial !
honte a MR TARLIER qui c'est vrai a une certaine maniere de voir la culture !!!!!!!
D'ailleurs comme tous ces gens qui sont en poste actuellement dans cette ville !

Écrit par : Antonin | mercredi, 17 août 2011

Pour info, Monsieur Pidoux n'est pas conservateur.

Dans les bibliothèques comme dans les musées, un conservateur est un spécialiste, notamment de la gestion de fonds patrimoniaux, disposant d'une formation universitaire, d'un diplôme de l'Etat, etc. Ceci explique cela.

Carcassonne a fait le choix de déprofessionnaliser sa bibliothèque, on en paiera le prix. En effet, s'il s'agit bien d'ouvrage du fonds patrimonial qui ont été jeté. L'Etat et son Inspection Générale des Bibliothèques va mettre son nez là-dedans car légalement, ce qui relève du Patrimoine lui appartient. Je suis curieux de voir les suites de cette affaire...

Écrit par : Zigmund | mercredi, 17 août 2011

Tant qu'à Carcassonne n'importe qui sera balancé a certains postes avec piston on assistera a des choses pareilles.Vive Carcassonne ville d'incompétents notoire!!!

Écrit par : Riviere | mercredi, 17 août 2011

Un rappel :
"Là où l'on brûle les livres, on finit par brûler des hommes" (Heinrich Heine).
Ici, on a d'abord brûlé les hommes (et les femmes), aujourd'hui, c'est le tour des livres. L'Histoire se répète, parfois en sens inverse mais le mal est le même ; et la colère aussi. Indignez-vous !

Écrit par : Mirelha | mercredi, 17 août 2011

J'ai été comme tous ici choquée par le sort réservé à nos livres, mais j’attends des explications et surtout je me désolidarise de certains propos tenus ici que je trouve hors sujet ou très inopportuns. Personnellement, je ne réclame la tête de personne, ce qui déborde largement de ce cadre. Vu la passion attachée à ces livres, je pense qu'il s'agirait plutôt d'essayer d'obtenir des garanties, par exemple par la création d'un comité d'Usagers de la Bibliothèque qui pourrait donner son avis sur les priorités, les définir, en proposer de nouvelles, à l'occasion de l'installation de la bibliothèque dans ses nouveaux locaux, une piste à explorer...

Écrit par : Marieh Melendez | mercredi, 17 août 2011

Madame Melendez : Vous suggérez de faire participer les usages au bon fonctionnement du service public. Votre idée est excellente mais peut-être un peu utopiste ne croyez-vous pas !
Pensez-vous que l'on puisse confier les bibliothèques des communes, et la future médiathèque de la Communauté d'agglomération du Carcassonnais, soit quelques 60.000 volumes, peut-être plus, à un fonctionnaire qui n'a ni les diplômes, ni l'expérience, ni les qualités requises. Pour se dire "conservateur", il faut je crois être passé par la prestigieuse Ecole des Chartes !
Pensez-vous que l'on puisse d'un revers de main, détruire des milliers de livres, sans délibération du Conseil municipal ou du Conseil d'agglomération ?
Pensez-vous que l'on puisse spolier le patrimoine des Carcassonnais, avant d'avoir fait un inventaire précis des ouvrages à détruire, à donner... à mettre à la poubelle ?
Cordialement.

Écrit par : Gérard Jean | jeudi, 18 août 2011

Madame Melendez : faire participer les usagers au bon fonctionnement du service public - votre idée est belle, mais avant de songer à un comité de lecteurs épaulant les professionnels, peut-être faudrait-il commencer par recruter de vrais professionnels, bibliothécaires ou conservateurs en lieu et place des pistons dont notre triste ville est coutumière...

Écrit par : Arturo | jeudi, 18 août 2011

Les responsables de cette opération imbécile et scandaleuse, dont l'image et l'écrit garderont heureusement trace, ont au moins gagné quelque chose : leurs noms sont entrés dans l'histoire de Carcassonne.
- Michel Roquebert.

Écrit par : Michel Roquebert | jeudi, 18 août 2011

Il faut savoir que les grandes bibliothèques qui "desherbent", c'est-à-dire se débarrassent de leurs livres qui ne sont ni rares, ni précieux, ni doté d'un caractère patrimonial et qui ne sont pas en trop mauvais état organisent de grandes braderies. C'est le cas à Bordeaux, à Toulouse, à Rennes et ailleurs sans doute.

Je me souviens d'avoir lu dans la presse il y a un peu plus d'un an que l'agglo avait pris une délibération dans cette fin pour vendre des livres/les offrir à des associations. Même si l'affaire présente semble un peu différente (ce serait des livres patrimoniaux qu'on aurait jeté), il faudrait retrouver trace de cette décision et mettre les responsables politiques face à leurs responsabilités.

Écrit par : Un lecteur | jeudi, 18 août 2011

Offrir les livres oui, les jeter, non.
Où est le sens du partage?

Écrit par : Marylise | jeudi, 18 août 2011

il doit y avoir une certaine culture inaccessible au peuple de gauche quand cela ne va pas dans l' ideologie... la honte ...

Écrit par : Martini | jeudi, 18 août 2011

La mise en place de certains postes à responsabilité doit être faite avec beaucoup de soins notamment dans la culture ou la compétence doit être l'un des critères premiers.
Aude

Écrit par : Aude Viguier | vendredi, 19 août 2011

Ce n'est pas parce que le blog de Martial a été sommé de fermer que la liberté d'expression n'existe plus!!!!!!!!!!

Écrit par : Mireille | vendredi, 19 août 2011

Personne ne m'a sommé de fermer mon blog!
Je suis assez grand pour savoir ce que je dois faire. En l'état de la polémique politicienne, il est plus sage de le mettre en veille, c'est tout.

Écrit par : Martial Andrieu | vendredi, 19 août 2011

Et un petit lien pour expliquer clairement ce qu'est le désherbage :

http://www.cg49.fr/medias/PDF/themes/culture_sports/bdp/boite_outils/D%E9sherbage.pdf

Écrit par : Laurence | vendredi, 19 août 2011

Je viens de m'installer à Carcassonne et Voici ce que je découvre sur les pratique de ma nouvelle ville.... Quelle mauvaise image. Mais au delà de l'image ce sont effectivement les valeurs qui sont attaquées. Ce n'est pas une question de politique mais de bon sens commun. Pourquoi notre ville qui a tant d'atouts culturels s'entête à les sacrifier? Il en va des livres, mais aussi du patrimoine immobilier qu'on laisse s'effondrer et se détériorer.
Les choses doivent vivre et évoluer et on aurait pu faire scanner ces livres, les distribuer, quel gâchis

Écrit par : Christophe | samedi, 20 août 2011

Laurence, je ne sais pas si vous êtes une professionnelle du métier mais le lien que vous venez de fournir vient d'un conseil général qui gère une bibliothèque départementale de prêt (bdp). Ce type d'établissement ne dispose généralement que d'ouvrages récents mis à disposition de petites bibliothèques n'ayant pas les moyens de les acquérir.

C'est très différent d'une bibliothèque comme celle de Carcassonne qui n'a pas seulement pour vocation de diffuser des documents et des informations mais dispose d'un patrimoine, d'un fonds ancien, rare et précieux (y compris des manuscrits uniques) et qui a vocation à conserver ces derniers pour les protéger, permettre leur étude, etc

Ceci dit, sans prendre en aucun cas position sur l'affaire en question mais simplement pour bien marquer sa spécificité et expliquer pourquoi elle fait tant de bruit. A titre de comparaison, la bibliothèque de Carcassonne avait déjà désherbé beaucoup l'année dernière, tout le monde l'a oublié mais cela avait également été mentionné dans la presse, mais comme il ne s'agissait que de documents contemporains et très ordinaires cela n'avait suscité absolument aucune réaction.

Écrit par : Ex-Bib | samedi, 20 août 2011

Force est de constater que cet action a agité notre petit village carcassonnais, montrant pour certains, des attitudes très infantiles et à donné prétexte à des règlements de comptes.
Tous les rapports d’inspections des bibliothèques constatent que le désherbage est une activité à risque souvent entachée d’une absence de méthode Nous avons affaire à un laminage des collections menées tambour battant sans la rigueur nécessaire. L’effet est d’autant plus dévastateur qu’il est irréversible.
Il est certain que le principe a pour but de constituer une collection plus attractive, intellectuellement et matériellement avec un rééquilibrage des fonds, articulé avec une réflexion sur les publics.
Mais l’attention doit être d’autant plus forte lorsqu’il y a un fonds patrimonial constitué de nombres d’imprimés du XIXe siècle, de collections iconographiques et cartographiques.
Alors
http://media.enseignementsup-recherche.gouv.fr/file/2010/52/1/Formation_aux_questions_patrim_def_166521.pdf

http://www.lagazettedescommunes.com/68032/l%E2%80%99inspection-generale-des-bibliotheques-pointe-%C2%AB-la-marginalisation-%C2%BB-du-patrimoine/?utm_source=quotidien&utm_medium=Email&utm_campaign=17-06-2011-quotidien

Écrit par : Terra | samedi, 20 août 2011

Je conserve précieusement quelques numéros du Congrès archéologique de France entre 1868 et 1954 : leurs informations sont toujours valides.
Si j'avais été à Carcassonne le 16/8/11 , je serais allé faire les poubelles avec ardeur!
Jean Louis Berman

Écrit par : Jean-Louis Berman | dimanche, 21 août 2011

J'en ai récupéré un de 1867,mais dans un triste état pour la couverture

Écrit par : Patonze | dimanche, 21 août 2011

Berman, vous pourrez aller à la bibliothèque (je crois que c'est lundi) car finalement ils vont bien donner le reste des livres qu'ils comptaient jeter !

Écrit par : Jojo | dimanche, 21 août 2011

Les personnes qui s'insurgent ici seraient les premières à râler si le fond de la bibliothèque de Carcassonne "n'évoluaient" pas, et/ou si on ne leur proposais que de vieux livres désuets et en mauvais état. Mais pour qu'il évolue, il faut faire de la place.

En substance, ça ne dérange personne qu'on jette des livres obsolètes et abîmés pour les remplacer par d'autres, frais et d'actualité, mais il ne faut pas que ça se voit. C'est valable pour tout, dès que le 20h est terminé, la guerre et la famine n'existe plus et on dors plus tranquillement, la vache n'a pas été martyrisée pour nous donner un steak, si je tourne suffisamment la tête il n'y a plus de SDF, etc.

D'ailleurs, tous les responsables, ou presque, de la bibliothèque étaient en vacances pour le désherbage et le déménagement. Preuve que pour eux aussi, la politique de l'autruche semble être de mise. Comme disait Patton "Quand on fait quelque chose, on provoque des critiques chez 3 catégories de personnes, celles qui font la même chose, celles qui font le contraire et surtout celles qui ne font rien".

Je ne reviendrais même pas sur les arguments (comparer le désherbage à un autodafé... n'importe quoi).

Écrit par : Bassine | mardi, 23 août 2011

il fut un temps, eloigne certes, qui nous enseignait le respect des choses et notamment celui des ecrits. J'ai eu l'honneur de connaitre des gens de lettres qui m'ont gracieusement mis a disposition des ouvrages quelqu'ils soient parce que nous n'avions pas les moyens d'en disposer autrement. Les livres sont notre memoire et qu'ils soient recents ou incunables ils nous transmettent la meme chose : un savoir culturel. Ne jetons pas ce qui fait l'histoire de l'homme : sa memoire.

Écrit par : Fat | mardi, 23 août 2011

Ce n'est pas pour rallumer la flamme de la querelle, mais j'envoie ce lien qui propose un texte de Victor Hugo qui peut faire du bien :
http://mtsa.over-blog.com/article-totor-83380795.html

Écrit par : Mirelha | lundi, 05 septembre 2011

L'affaire a bien été étouffée car les livres qui devaient être donnés ne l'ont jamais été !!! quel scandale !

Écrit par : Guilhem | lundi, 12 septembre 2011

Quelle tristesse. Il ne manque plus qu'une allumette et l'horreur sera complète

Écrit par : Max Santoul | samedi, 25 mai 2013

Un bilan depuis le 16 aout 2011.
Nous savions lorsque nous avons vu les livres jetés à la benne que nous rentrions dans une phase,comment dire pour le dire soft: d'Anormalité.
La suite des évènements et des choix des élus sur cette période est hélas terrible:
Suppression de la localisation de la bibliothèque dans le local acheté par la Mairie au milieu du XIXe s. pour l'abritée avec le musée.
Enlèvement du fonds anciens issus de dons et des bibliothèques confisquées à la Révolution sur tout le départements où sont des livres uniques et des fonds d'érudits exceptionnels.
Démontage des boiseries issues de la bibliothèque des bénédictins de Lagrasse, confisquées à la Révolution avec au passage un désherbage démesurée.Tout ça pour abriter une exposition chère à l’Élu qui n'appartient pas à la ville mais dont il a été intimé l'ordre dans son traitement d'agir comme si, donc plus couteux.
Constitution d'une médiathèque aux fonds éclatés, Halle,Hangar EDF, Piano,éclatement contraire à tout esprit de Médiatheque et un fonds anciens invisible depuis 2010, expatrié dans un ancien domaine viticole, siège du trés puissant Crédit Agricole.
ET aujourd’hui un journal nous renseigne sur la suite de cette "Anormalité"
L'achat d'un terrain inondable et pollué à 600 000 euros acheté à EDF, qui pourrait nous faire des ristournes pour cette magnifique affaire, une dépollution qui est estimée à 120 000 euros, des indemnités pour les quatre architectes postulants à 60 000 euros, bref un coût total estimé à 960 000 euros et toujours pas de Médiathèque et tout ceci acclamé par les élus de l'agglo!!!!!!!!!!!
Je trouve que cet article vient bien tard après les municipales. Est-ce que les électeurs ne devaient pas savoir avant les urnes. C'est à se demander.
Les résultats des urnes ont été une première sanction mais est-ce qu'il n'y a pas d'autres sanctions pénales à envisager? Trop c'est trop.
Et pendant ce temps , on ne sait pas ce qu'il reste du fonds anciens après le désherbage sauvage opéré et le déménagement.
Les chercheurs n'ont toujours pas accès au fonds.

Écrit par : Marie | samedi, 05 avril 2014

Les commentaires sont fermés.