Midilibre.fr
Tous les blogs | Alerter le modérateur| Envoyer à un ami | Créer un Blog

mercredi, 12 septembre 2012

Invités à la nouvelle exposition du photographe Marc Delmotte à Carcassonne...

Marc Delmotte Carcassonne.jpg
Marc Delmotte
Photo: Chroniques de Carcassonne
---------
Marc Delmotte
qui revient de Malaisie
nous invite à découvrir son dernier reportage photographique
sur la fête indienne du
Thaipusam
qui a lieu chaque année dans ce pays.Marc Delmotte 2012 (1).JPG
Photo: Marc Delmotte
---------
Exposition à découvrir jusqu'au 30 septembre 2012
de 10h à 12h et de 13h30 à 23h
Maison des Jeunes et de la Culture
91 rue Aimé Ramond
Carcassonne
Entrée libre

Commentaires

Chaque année (fin janvier, début février), en Malaisie, sur le site de Batu Caves, à quelques kilomètres de Kuala Lumpur, la capitale, la communauté tamoule célèbre avec ferveur la fête de Thaipusam, déclarée fête nationale malaisienne en 2011.

Les centaines de pénitents qui accomplissent le pèlerinage suivent une préparation particulière durant un mois (régime végétarien, méditation...) avant l'épreuve finale. Celle-ci commence par une purification sur les bords de la rivière puis les pénitents entrent en transe et sont "équipés" d'accessoires (crochets piqués sur la poitrine ou dans le dos, aiguilles dans la langue et/ou la langue, pose du kavadi (grande roue décorée de plumes de paon autour de la statue d'une divinité telle que Shiva ou Ganesh). Accompagnés par leur famille, leurs amis et quelques musiciens, les pénitents parcourent environ un kilomètre. Ils avancent lentement au milieu d'une foule innombrable jusqu'au grand escalier de 272 marches qui va les conduire dans la grottes de Batu Caves. Là se trouve le temple de Sri Subramanian Swamy où des prêtres vont leur enlever leurs "accessoires" et les sortir de leur état de transe sans qu'une goutte de sang soit visible.

Ce festival est vraiment très impressionnant et peut choquer les âmes sensibles.

Écrit par : Marc Delmotte | mercredi, 12 septembre 2012

Les commentaires sont fermés.