Midilibre.fr
Tous les blogs | Alerter le modérateur| Envoyer à un ami | Créer un Blog

samedi, 19 avril 2014

20 avril 1814, Napoléon fait ses adieux à sa garde en présence du carcassonnais Guillaume PEYRUSSE

adieuxdefontainebleau.jpg
Adieu de Napoléon à la garde impériale par Antoine Alphonse Montfort,
d’après Horace Vernet.
-----------
Revenons deux cent ans en arrière.
  A la suite de son abdication quelques jours plus tôt (le 6 avril),
l'Empereur Napoléon 1er
fait ses adieux dans la cour du Palais de Fontainebleau,  avant son départ en exil sur l'Île d'Elbe en compagnie de son trésorier général, le carcassonnais
Guillaume Peyrusse  Portrait (1).jpg
Guillaume Joseph Roux Peyrusse
(1776-1860).
Uniforme authentique de trésorier général.jpg
Uniforme authentique de trésorier général.
Photo: Napoleon.org
-----------
http://fr.empirecostume.com/payeur-general-de-la-maison-d...
-----------

Voici le récit qu'il en fait dans ses mémoires:
"A midi, les voitures de voyage viennent se ranger dans la cour du Cheval Blanc. La Garde Impériale prend les armes et forme la haie. A une heure, Sa Majesté sort de son appartement et s'avance au centre de la Garde. Tout le monde se tait et l'Empereur fait ses adieux en ces termes: "Officiers, sous-officiers et soldats de ma Vieille Garde, je vous fais mes adieux. Depuis vingt ans que je vous commande, je vous ai trouvés constamment sur le chemin de l'honneur et de la gloire. Dans ces derniers temps, comme dans ceux de notre prospérité, vous n'avez cessé d'être des modèles de bravoure et de fidélité. Avec des hommes tels que vous, c'eût été la guerre civile, et la France n'en serait devenue que plus malheureuse. J'ai donc sacrifié tous nos intérêts à ceux de la patrie; je pars: vous, mes amis, continuez de servir la France. Son bonheur était mon unique pensée; il sera toujours l'objet de mes voeux ! Ne paignez pas mon sort; si j'ai consenti à me survivre, c'est pour servir encore à votre gloire. Je veux écrire les grandes choses que nous avons faites ensembles !... Adieu, mes enfants !... Je ne puis vous embrasser tous, mais je vais embrasser votre chef... Venez, général ! "
A ces mots, le général Petit (1772-1856), saisissant l'aigle, s'avance. Napoléon reçoit le général dans ses bras et baise le drapeau. Le silence d'admiration que cette grande scène inspire, n'est interrompu que par les sanglots des soldats et des assistants. L'Empereur, dont l'émotion est visible, fait un dernier effort et reprend d'une voie plus ferme: "Adieu, encore une fois mes vieux compagnons, que ce dernier baiser passe dans vos coeurs."


Il dit, et s'arrachant au groupe qui l'entoure, il s'élance dans sa voiture, au fond de laquelle le général Bertrand avait déjà pris place. Le lieutenant général comte Drouot, le général Cambronne, M.Foureau de Beauregard, médecin, M.Rathery, secrétaire de Sa Majesté; MM. Baillon et Deschamps, fourriers du palais, et moi, montons dans les voitures qui nous ont étés destinées. Les voitures partent; des troupes françaises les escortent et l'on prend la route de Lyon. Mille cris de Vive l'Empereur! retentissent dans la cour et dans les rues que le cortège traverse. Nous couchons à Briare.

gp.jpg
Témoignage extrait du livre:
Baron Guillaume Peyrusse

En suivant Napoléon, Mémoires 1809-1815
édition complétée et annotée par
Christophe Bourachot
Editions Cléa 2009 / p.292 à 294
GP 2.jpg
Guillaume Peyrusse repose au cimetière de Saint-Vincent à Carcassonne.
----------
Pour en savoir plus:
----------
http://chroniquesdecarcassonne.midiblogs.com/archive/2013...
----------
http://www.napoleon.org/fr/salle_lecture/biographies/file...
----------
https://www.youtube.com/watch?v=haZXqwxKajg

Les commentaires sont fermés.