Midilibre.fr
Tous les blogs | Alerter le modérateur| Envoyer à un ami | Créer un Blog

lundi, 02 juin 2014

"Regards croisés" et "Trait pour trait", deux manifestations à Carcassonne pour le bicentenaire de la naissance de Viollet-Le-Duc

Affiche VLD Carcassonne.JPG
Pour célébrer le bicentenaire de la naissance
d'Eugène Viollet-Le-Duc
(1814-1819),
Carcassonne
accueille deux manifestations.
Le Centre des Monuments Nationaux
présente
du 13 juin au 21 septembre
au château comtal
une exposition intitulée
VIOLLET-LE-DUC  (TRAIT POUR TRAIT)

Artiste complet, Viollet-le-Duc crée un patrimoine national médiéval dans lequel l’unité de style du monument est respectée. Sa notion de « restauration » s’inscrit dans le contexte plus général du XIXe siècle. Cet autodidacte au savoir encyclopédique est également l’auteur de plusieurs ouvrages comme le "Dictionnaire raisonné du mobilier français et le Dictionnaire raisonné de l’architecture française du XIe au XIVe siècle".

Carcassonne fait partie des nombreux chantiers entrepris par Eugène Viollet-le-Duc, dans le cadre de sa campagne de restauration des monuments historiques français. On peut aussi citer la basilique de la Madeleine à Vézelay, le château de Pierrefond ou la basilique de Saint-Denis

Des documents graphiques originaux provenant des Archives départementales de l'Aude et de l’Oise sont présentés au public pour l’événement. Ces dessins permettent de comprendre la logique du restaurateur.  Le dessin met en avant son travail d’observation. Il prend le parti de réinventer les formes et les silhouettes pour donner une seconde vie au monument qu’il restaure. La rénovation est faite pour réhabiliter un patrimoine complet et harmonieux. C’est une période de redécouverte du Moyen-Âge par la littérature romantique.

L’exposition présente le travail dans sa globalité : de la réflexion à la mise en action. Les explications s’appuient sur deux exemples de monuments : la cité de Carcassonne et le château de Pierrefonds. Des plâtres, du mobilier et des publications originales issus des collections du Centre des monuments nationaux, viennent éclairer le processus imaginatif de l’architecte.

Les travaux de ces deux monuments nationaux sont présentés par une projection numérique et un film. Chaque film de 9 minutes fait appel à deux experts:
Olivier Poisson pour Carcassonne et Jean-Paul Midant pour Pierrefonds.

Une collaboration avec le CNRS et le MAP (Modèles et simulations pour l’architecture et le patrimoine) accompagne l’exposition et permet aux visiteurs de s’immerger dans un Moyen-Âge retrouvé. Les projections numériques plongent le visiteur dans l’univers coloré « viollet-le-ducien ». Des documents d’archives numérisés restituent les traits des deux monuments. Enfin, les décors peints de Pierrefonds et les vitraux de la basilique Saint-Nazaire et Saint-Celse de la cité de Carcassonne font l’objet d’une projection grand format.
chroniques de carcassonne,cité de carcassonne,viollet-le-duc
chroniques de carcassonne,cité de carcassonne,viollet-le-duc
Pour en savoir plus, cliquez sur le lien ci-dessous:
--------------
http://www.monuments-nationaux.fr/fichier/pre_document/13...
--------------

Viollet le Duc.jpg
Les 5 et 6 juin le
Groupe Audois de Recherche et d'Animation Ethnographique
organise un colloque
les 5 et 6 juin
à l'Auditorium de la rue des Etudes
intitulé
VIOLLET-LE-DUC  REGARDS CROISES
Idole ou démon ? En deux siècles la figure de Viollet-le-Duc aura connu toutes les variations de l’humeur, de ses pairs, des autorités, de ceux qui vécurent ou vivent encore auprès ou à l’intérieur d’édifices qu’il restaura ou, plus rarement, qu’il construisit. Louanges et polémiques ont été aussi immédiates pour lui et son œuvre que l’admiration ou la colère haineuse qu’elle a suscitées : il connut très tôt aussi bien dénonciations virulentes qu’honneurs dignes de triomphe antiques. Et sa disparition ne mit pas fin à ces déchirements ou à ces enthousiasmes, bien au contraire, les contempteurs d’hier se faisant parfois les laudateurs d’aujourd’hui, l’inverse se révélant aussi vrai. Encore que le climat passionnel entourant le grand architecte se soit en bonne part apaisé aujourd’hui il n’en demeure pas moins que subsistent, comme une ombre portée, une certaine exaspération, voire quelquefois des jugements méprisants, dès lors que sont évoqués son parcours et les réalisations qui l’émaillent. S’il lui est beaucoup pardonné, revient comme un topique, accompagné de critiques très attendues et académiques, son ambition de restaurateur et les dommages qu’elle aurait fait subir à nombre de monuments défigurés à jamais. Il serait vain et inopportun, au moment d’une réflexion et d’échanges générés par la volonté commémorative, d’ignorer la persistance de cette distance, mais, plutôt que de s’en faire un complice aveugle il nous semble qu’il serait bon d’en interroger les raisons et les formes, différentes selon nous, qu’elles proviennent du monde savant ou des communautés qui ont accueilli les grand travaux de Viollet-le-Duc. Le rétrécissement ordinaire de ce champ, à côté de travaux d’une importance capitale, a eu parfois pour effet de laisser dans l’ombre ou de faire considérer comme secondaires plusieurs facettes de l’œuvre dont la richesse est incontestable. Dès lors comment interroger aujourd’hui ce Protée ? Comment parcourir un cheminement qui fut aussi fertile ? Comment rendre compte de cette diversité en échappant à une hiérarchisation un peu stérilisante ? En réponse à de telles questions il nous a semblé opportun de proposer une confrontation des approches, de porter sur le personnage et ses réalisations des regards croisés, se faisant écho et participant à l’élaboration d’une sorte de mosaïque destinée à faire mesurer l’importance et la richesse du savoir et des pratiques de Viollet-le-Duc.
chroniques de carcassonne,cité de carcassonne,viollet-le-duc
Découvrez le programme complet en cliquant sur le lien ci dessous:
----------
http://www.garae.fr/spip.php?article421

Commentaires

Un bel hommage va être rendu au restaurateur célèbre de notre cité et de nos monuments historiques. Il le mérite. Un grand bravo a ceux qui l'honorent et au Centre des Monuments Nationaux....
Merci Alain

Écrit par : Constance Pressoirs | lundi, 02 juin 2014

Il me semble que dans l'ordre de parution:
C'est le centre des monuments nationaux qui avait projeté cette expo puis le GARAE qui est venu se greffer.

Écrit par : Edgar | mardi, 03 juin 2014

Les commentaires sont fermés.