Midilibre.fr
Tous les blogs | Alerter le modérateur| Envoyer à un ami | Créer un Blog

samedi, 02 août 2014

La Cité de Carcassonne sous la forme d'un château de sable

F.D'EPENOUX-Alexander ISARD-Paris-Match.jpg
L'écrivain François d'Epenoux.
Photo: Alexandre Isard
-------------
La Cité de Carcassonne
peut prendre différentes formes,
voici celle sortie de l'imaginaire de
François d'Epenoux
qui vient de publier un roman mettant en scène
un jeune garçon et son grand-père, intitulé:
François d'EPENOUX (1).jpg
Sur la plage de Lacanau, Malo, (6 ans) édifie
un château de sable en forme de Cité de Carcassonne.  Extrait :

"- On va faire Carcassonne...Tu connais Carcassonne?
-Non - C'est un grand château du moyen âge avec des tours, des murailles et des créneaux.
C'est magnifique. Toi, tu fais les tours avec les seaux, moi, je commence à construire la muraille. -D'accord. Nous voilà à quatre pattes, à creuser, démouler, tapoter du plat de la pelle pour que le sable soit compact, à faire les finitions du bouts des doigts. La vrai Carcassonne n'a qu'à bien se tenir. Autour parmi les dubitatifs, ça commence à s'approcher timidement, à se baisser pour mieux voir, à commenter. Malo jubile. Il est le seigneur de la citadelle et le roi n'est pas son cousin. A présent, il en est à percer des douves imaginaires traversées par des ponts faits d'ajoncs et de bois flotté échoué sur la plage. Des coquillages font office de toit et la route qui mène à l'ensemble est pavée de galets. Je regarde Malo : la plus puissante des crèmes solaires ne peut rien contre le rouge de fierté qui lui teinte les joues. En bon compagnon, et par ce que je suis satisfait de mon apprenti, je décrète que nous avons mérité notre déjeuner. Des sandwichs sont confectionnés et nous les dévorons côte à côte, sans un mot, en bordure de chantier, avec le sentiment du devoir accompli.  Bientôt, la marée monte, menaçante, étirant toujours plus avant ses assauts en direction de la citadelle. Déjà, des langues d'eau viennent lécher ses contreforts, remplissant à chaque passage, et avec quelle profusion ses douves peu profondes. Pour le moment, Carcassonne fait bonne figure, et pour combien de temps ?  A mesure que l'écume sape ses parois de sable (et notre moral avec), des pans de murs s'affaissent lamentablement, aussitôt nivelés et polis par le reflux des vagues. C'est à la fois désespérant et gratifiant : notre château n'abandonne pas, il cède à l'ennemi quelques parcelles de lui-même, voilà tout, et dresse encore fièrement ses tours bien campées sur le méplat de la grève. Nous en sommes là de notre contemplation lorsqu'un fracas monstrueux fait trembler l'horizon : écumantes, caracolantes, conjuguant leurs forces, se chevauchant et s'entraînant l'une l'autre comme si, après cette longue course, une victoire était en jeu, deux vagues se ruent de concert sur la ligne d'arrivée avant de basculer ensemble, de se faire tomber mutuellement et de s'étaler de tout leur long sur le rivage, dans  un roulé-boulé que rien ne semble pouvoir arrêter - pas même une citadelle. Le choc est sans appel. C'est impuissants que nous voyons notre château balayé d'un seul coup, avalé tout cru par le flot étal, lequel s'en retourne, à peine son forfait accompli,  pour aller se replonger dans la mer. C'en est fini de Carcassonne, il n'en reste qu'une forme vague, une ruine arrondie, qu'une nouvelle invasion d'eau et de tourbillons vient à l'instant d'effacer de la surface de la planète, en laissant derrière elle un miroir pailleté, net et sans bavure."
----------

chroniques de carcassonne,carcassonne,françois d'espenoux
François d'Espenoux
Le réveil du coeur
Editions Anne Carrière 2014
254 p / 18€
Prix 2014 des Maisons de la Presse
------------
http://www.parismatch.com/Chroniques/Valerie-Trierweiler/...

Commentaires

Superbe !!

Écrit par : Nicole Salvat | samedi, 02 août 2014

Les commentaires sont fermés.