Midilibre.fr
Tous les blogs | Alerter le modérateur| Envoyer à un ami | Créer un Blog

lundi, 07 mars 2016

En survolant la Cité de Carcassonne

ravitaillement Carca.jpg
Deux Rafales se ravitaillent sur un Boeing C-135FR de l’Armée de l’Air
alors que défile en arrière-plan la Cité de Carcassonne.
Photo: Escadron de Chasse 2/5 Ile de France

 A 7000m au-dessus de la ville de Carcassonne se trouve l’un des 12 hippodromes que l’Armée de l’Air utilise quotidiennement pour ravitailler en vol ses avions de chasse. Ces hippodromes d’environ 50 km par 20 sont répartis un peu partout au-dessus de la France et ont la particularité d’être tous désignés par un prénom féminin : Yvette, Olivia, Marie, Simone, etc.

Celui de Carcassonne, Judith, s’étend entre Castres au nord et Axat au sud ; Arzens à l’ouest et Capendu à l’est. A chaque fois qu’il est activé, un Boieng C-135FR de la base aérienne d’Istres orbite pendant plusieurs heures en attendant les avions de chasse à ravitailler. Afin d’éviter les embouteillages derrière le ravitailleur, pas question pour tous les avions d’arriver en même temps : chaque patrouille (NB : groupe d’avions de chasse) a rendez-vous avec le Boieng à une heure précise pour effectuer son plein.

 Pour retrouver le ravitailleur, les chasseurs utilisent un système de balises qui leur indiquent sa localisation. Une fois celui-ci aperçu, les pilotes viennent se placer à quelques mètres à côté de lui, puis à tour de rôle, se positionnent derrière les paniers qu’il tracte. A environ 600 km/h, la partie délicate commence : il s’agit de venir placer la perche située sur le nez de l’avion de chasse dans le panier. Une fois la connexion établie, il est alors nécessaire de piloter de manière aussi fine que possible pendant que s’effectue le transfert de carburant à un débit compris entre 500 kg et 1 tonne par minute. Une fois le plein complété, l’avion de chasse recule et se remet en position à côté du ravitailleur pour laisser la place au suivant.

 Si vous levez la tête au-dessus de Carcassonne un jour de beau temps, vous aurez peut-être la possibilité d’apercevoir cette station-service itinérante.

Avec tous mes remerciement à Mathieu Mounicq le consultant aéronautique de ce blog.

Commentaires

Avec vous, on en apprend tous les jours ! Merci .

Écrit par : Nicole Salvat | samedi, 12 mars 2016

Répondre à ce commentaire

Magnifique cliché, Alain, exceptionnel !
Merci de l'avoir publié avec tous ces précisions aéronautiques de l'Armée de l'Air dont j'ignorais la plupart. Il est vrai que ma formation s'est limitée à l'Armée de Terre.
JD

Écrit par : Jacques Devèze | samedi, 12 mars 2016

Répondre à ce commentaire

C'est surtout grâce à Mathieu MOUNICQ, un vrai spécialiste de l'aéronautique que je peux apporter ces précisons.

Écrit par : Alain | samedi, 12 mars 2016

Répondre à ce commentaire

n.b. : par une curation, j'ai renvoyé à cet article.
La photo disparaît; sous graphie rouge (classifiée ?). :-£

Écrit par : Cor A. | samedi, 26 mars 2016

Répondre à ce commentaire

Écrire un commentaire