Midilibre.fr
Tous les blogs | Alerter le modérateur| Envoyer à un ami | Créer un Blog

lundi, 30 juillet 2018

Situé au cœur de la Bastide Saint Louis, le "Bar des Halles" est mis à l'honneur par le quotidien "Le Monde"

Bar des Halles Philippe Marco 1.jpg
Quinze jours après son arrivée à la direction du
Bar des Halles, Philippe Marco,
digne successeur de Jacques Arator,
est à l'honneur avec Titi Frileux et Jean-François Saïsset
dans ce superbe "papier d'ambiance" signé Henri Seckel, publié par
Le Monde:

Dans la série des rades où le suiveur du Tour assoiffé de quiétude peut avoir la paix ( voir l'étape de Bourg-Saint-Maurice), bienvenue au Bar des Halles, en plein cœur de la Bastide Saint-Louis de Carcassonne, déserte grâce aux multiples barrages qu’implique le passage du Tour de France à quelques encablures. Pas une voiture. Pas un bruit. Un Coca frais. Le bonheur.

Bar des Halles Philippe Marco 3.jpg

Philippe, 53 ans, a repris l’affaire il y a quinze jours à peine. On s’inquiète de l’absence de clients en arrivant, mais les nombreuses paluches serrées par le patron dans les minutes suivantes nous rassurent. « Je connais la moitié de Carcassonne, et l’autre moitié me connaît », dit cet homme sympathique à la carrure de rugbyman ou de videur de boîte de nuit, qui se trouve précisément avoir été rugbyman et videur de boîte de nuit dans sa vie d’avant, deux carrières éprouvantes auxquelles il a dû mettre fin.


Il refoulait les mal sapés, les mal accompagnés, les trop enivrés au Zénith ou au Souvenir (les clubbeurs carcassonnais sauront de quoi on parle), mais c’est devenu trop dangereux : « Avant, on risquait de se prendre une tarte. Maintenant, on risque de se prendre un coup de couteau. »

Le rugby aussi, c’est devenu trop dangereux ? « Non, mais il ne peut plus jouer que les troisièmes mi-temps ! », se marre, au comptoir, un client rigolard. Un certain Titi, un phénomène manifestement, qui répond « non, moi, de la danse classique » quand on lui demande s’il a fait du rugby lui aussi, et qui fréquente le Bar des Halles depuis quarante ans.

« C’est l’endroit le plus branché de Carcassonne. affirme ce quinquagénaire à qui l’on peut sans doute faire confiance, puisqu’il n’est pas 11 heures du matin, et qu’il s’enfile un demi pour faire passer la cuisse de lapin du boucher d’à côté qu’il mange avec les doigts. Faut venir ici le samedi midi, y a du lourd. Les faux branchés sont dans les faux endroits, les vrais branchés dans les vrais endroits. » Le Bar des Halles, donc, pas le Zénith ni le Souvenir.

Bar des Halles Philippe Marco 2.jpg

PS. Nous avons croisé au comptoir Jean-François Saïsset, maire de la commune voisine de Trausse-Minervois, professeur d’histoire-géo, et président de l’A.S Carcassonne XIII, club emblématique du « rugby vrai » (entendez : pas le rugby à XV, vendu au professionnalisme et aux forces de l’argent). Or ce club est en proie à des difficultés financières, et a besoin de sous.

Comme M. Saïsset est abonné au Monde depuis 1978, on lui a promis qu’on ferait passer le message. Si vous souhaitez aider l’ASC XIII, appelez le 04 68 47 74 74 ou écrivez à communication@asc13.fr. Il en va de l’avenir de l’ASC XIII, donc de l’avenir de son président, donc de l’avenir de ses finances, donc de l’avenir de son abonnement au Monde, donc de l’avenir du Monde.

Bar des Halles Philippe Marco 5.jpg
-------------
https://www.lemonde.fr/blog-du-tour-de-france/article/201...

mardi, 03 juillet 2018

Clap de fin magistral pour Jacques ARATOR, l'emblématique patron du Bar des Halles

Jacques Arator der des der 12.jpg
chroniques de carcassonne,carcassonne,bastide saint louis,bar des halles,jacques arator
Superbe clap de fin, samedi matin, après 34 ans de présence derrière le comptoir du
Bar des Halles pour Jacques "Jacquot" Arator .
Jacques Arator der des der 8.jpg
chroniques de carcassonne,carcassonne,bastide saint louis,bar des halles,jacques arator
Christian Seguy
avait préparé un discours d'anthologie qui restera dans les annales
en présence d'une foule d'amis, du Maire de la Ville et de sa Première Adjointe
venus saluer une figure de la Bastide Saint Louis :

"Non Jacques Arator n'est pas mort car il bande encore...
Jacques, ce n'est pas à un enterrement que nous sommes conviés aujourd'hui mais à la fin d'une époque, d'un mythe.
Tu es né en 52, tes parents ayant retardé ta venue d'un an, car, quel comble pour un cafetier d'être né en 51. C'était à Caunes il y a 66 ans, comme la mythique route que tu feras un jour peut être au guidon d'une de tes pétrolettes customisées.
Tu useras le fond de tes culotte sur le banc de l'école communale , et puis, épuisé d'être sans cesse poursuivi par tes études, tu décideras de t'arrêter; t'arrêter non pas pour souffler, mais tout simplement pour choisir un métier, et quel métier, tu seras cafetier...
En plein mai 68, l'année ou pleuvent les pavés, ou la France est en ébullition, tu t'exiles dans la Montagne Noire, au restaurant "Les Trois Fontaines".
Pendant 2 ans tu fourbiras tes armes pour rentrer tel un Chevalier Cathare au cœur de notre cité.
Avec le père Decaud tu ouvriras le bar du célèbre "Sénéchal", puis tu t'embourgeoises un peu dans des établissements prestigieux, "Le Terminus", "La Rotonde", "Le Pont Levis", et aussi chez l'ami "Félix".
Mais l'envie de voler de tes propres ailes te tenaille, et tu achètes en 1984 ce petit bar de quartier, ce "Bar des Halles" par nous tous vénéré.
Bar, situé dans l'immeuble appartenant à une figure carcassonnaise qui aurait pu te porter la poisse, puisque les murs sont la propriété de la famille Daraud plus connue sous le nom de "Scoumoune".
Ce petit bar atypique, digne du quartier latin, à la clientèle hétéroclite ou se côtoient palefreniers, commerçants , notaires, ou autres musiciens!
Des frères Pétard aux notables de Carcassonne, du maraicher au poissonnier, au marchand ambulant, du pharmacien au docteur, j'y ai même rencontré un psychiatre heureux!
Du Français au Portugais, de l'Espagnol au Maghrébin, du footeux au handballeur, du treiziste au quinziste (pas trop), tout ce petit monde gravite autour du maitre de lieux, nous rendant tout simplement heureux !
Je ne peux passer sous silence ces parties de coinches endiablées, que même Marcel Pagnol nous aurait envié, ou ces discussions torrides, stériles à la limite séniles digne des Guignols, que même Jaouad n'a jamais pu analyser..!
Je ne peux terminer sans parler de Sabine...
Il y a 6 ans, 6 années qu'elle te supporte sans un mot plus haut que l'autre, toujours le sourire aux lèvres.... Ah Sabine... Sabine et ces euros jetés dans l'espoir de voir ce fameux "String" tant convoité que nous ne verrons jamais !
En fait ce bar typique ou se rencontre ce petit monde hétéroclite est un havre d'amitié, de paix, de convivialité, ou toi jacques menant ta barque comme un gondolier vénitien, entendant tout mais ne disant rien, voyant tout mais ne sachant rien, le nez dans tes revues moto ou dans tes journaux, mais avec toujours un mot gentil ou rigolo.
Pour tous ces souvenirs , pour tous ces moments de pur bonheur, tous ici , clients, copains ou amis, te disent un grand merci !
Et pour te remercier, ensemble, nous nous sommes cotisés pour t'offrir un cadeau en gage de notre amitié.
Ce cadeau a une Âme et par mon humble intermédiaire il va s'adresser à toi.

Jacques, toute de bleu vêtue je m'offre a toi, tu vas me chevaucher, tu vas m'enfourcher et nous partirons tous les deux pour de folles randonnées.
Mais avant de me prendre , n'oublie pas... astique moi, graisse moi, lubrifie moi, et de temps en temps décalamine moi, insuffle de l'air dans mes vieux chaussons, je ne suis plus toute jeune et tu n'es plus si léger... je peux être parfois poussive et même m'arrêter, alors pousse moi, bute moi mais ne me brutalise pas ..
Arrête de me chevaucher et aide moi...et je t'en prie si je m'arrête ne me donne pas de grands coups de pied, ne rie pas, je sais que tu l'as déjà fait...
Je te fais confiance, entretien moi, j'arrive, m'entends tu, je pétarade parfois, je suis à toi, me voilà....

Une superbe Mobylette Bleu de 1960 offerte par ses amis apparue dans la rue Aimé Ramond:

Jacques Arator der des der 9.jpg
Jacques Arator der des der 10.jpg
Jacques Arator der des der 11.jpg
Au plaisir de te retrouver, Jacques, sur le boulevard du Commandant Roumens
pour une partie de boules ou sur les routes du département avec le Club des 5 A.
Photos: Alain Machelidon / Benjamin Seyer
-------------
https://www.lindependant.fr/2018/06/30/carcassonne-jacque...

mardi, 12 mai 2015

De Carcassonne à Fontiers-Cabardès

De Carcassonne à Fontiers-Cabardès,
avec la rencontre de deux "figures" des cafés audois,
Yvan Marié-Jacques Arator .JPG
Yvan Marié du Club 620 et Jacques Arator
du Bar des Halles
Jacques Arator.JPG
qui avait fait le déplacement de Carcassonne sur sa Vespa.

Le Club 620 sur le bosquet de Fontiers et le Bar des Halles,
rue Aimé Ramond à Carcassonne, sont, grâce à la personnalité de leurs animateurs,
deux endroits conviviaux, à l'heure où internet vide les cafés.
----------
Photos: Christine Escourrou

vendredi, 25 avril 2008

Au bar des amis...

 

becd5043651abcb6bb71a49e99766669.jpg
Jacques Arator
Photo: Chroniques de Carcassonne
-------
Impossible de pas connaître le
BAR DES HALLES
 tenu depuis le 1er avril 1984 par
Jacques Arator,
un ancien barman qui a "roulé sa bosse".
Celui ci a fait de son estaminet un chaleureux café de quartier,
 fréquenté à 90% d'habitués,
l'endroit idéal pour étre au courant des dernières infos de la ville!
f51d1a2ef8f5458296196727f9c09a98.jpg
------
*BAR DES HALLES 
 53 rue Aimé Ramond  Carcassonne 
 04.68.25.70.78