Midilibre.fr
Tous les blogs | Alerter le modérateur| Envoyer à un ami | Créer un Blog

mardi, 16 juin 2015

Disparition d'Olivier MICHEL, historien de l'art, spécialiste du peintre carcassonnais, Jacques GAMELIN

Annoncé sur le site de La Tribune de l'Art,
Web-Olivier-Michel.jpg
Olivier Michel
(Photo : Dominique Massounie )
historien de l'art, conservateur-adjoint à la bibliothèque de l’École française de Rome,
vient de disparaitre à l'âge de 87 ans.
Olivier Michel Jacques Gamelin 3.jpg Olivier Michel- Jacques Gamelin 1.jpgOlivier Michel- Jacques Gamelin 2.jpgJacques Gamelin (1738-1803)
La chute de Phaéton (détail), 1772
Fresque Rome, Voûte de la galerie du palazzo Rondinini
------------
Il travailla sur Jacques Gamelin,
qu’il découvrit à l’occasion d’une étape forcée à Carcassonne
où il avait dû faire réviser sa 2CV et a renouvelé la connaissance de cet artiste en l’insérant dans le préromantisme fantastique, à coté de Goya, Abilgaard, Fussli …

Ci dessus trois photos de la voûte peinte par Jacques Gamelin, du palais Rondinini à Rome, qu’il avait étudiée sans bonne illustration dans le catalogue de l’exposition Gamelin à la galerie Hahn en 1978. Il donna ensuite le catalogue raisonné du fonds Gamelin du musée de Carcassonne (1990), puis collabora à diverses expositions sur cet artiste (Gamelin et les peintres de son temps, 1999 ; Gamelin peintre de batailles, 2003)

Il fut aussi le co-commissaire, avec Pierre Rosenberg, de l’exposition
Pierre Subleyras
(autre peintre qui eu des attaches avec notre ville)
au Musée du Luxembourg en 1987 et travaillait, ces dernières années, sur la famille des Parrocel.

En cliquant sur le lien ci dessous l'hommage signé Didier Rykner
à Olivier Michel publié dans la Tribune de l'Art
:
------------
http://www.latribunedelart.com/disparition-d-olivier-michel

samedi, 09 mai 2015

Le passage du peintre Pierre SUBLEYRAS en 1716 à Carcassonne

Au début du XVIIIe siècle,
Pierre Subleyras fit une halte à Carcassonne.
Ce passage est raconté dans le catalogue de l'exposition
qui lui fut consacrée en 1987 à Paris.
Pierre Subleyras 10.jpg
Pierre SUBLEYRAS
(Saint Gilles du Gard 1699 - Rome 1749).
-------------
"En route vers Toulouse, le jeune Subleyras fit une étape qu'il est seul à rappeler.
Il s'arrêta, dit-il, une année à Carcassonne. Il n'y a pas lieu de suspecter le peintre
tant il a peu d'intérêt à mentir, mensonge inutile qui de surcroît tiendrait de parjure
dans une supplique adressée au Saint-Office. Cette halte à Carcassonne ne
laisse pas d'intriguer. Serait-elle à l'origine de liens privilégiés qui unissaient
Subleyras à Pierre Poulharliez ?
Originaire de Chalabre en Ariège, installé à Carcassonne marchand drapier,
chroniques de carcassonne,carcassonne,pierre subleyras,église saint-vincent,pierre poulhariez
Pierre Poulhariez,
fortune faite, devint gentilhomme.
Allié aux meilleures familles, il fut consul de la ville en 1701 et Capitoul de la
Daurade à Toulouse en 1724. Sans être collectionneur, comme le sera son fils aîné,
Nicolas, fixé à Marseille et armateur de Vernet, il pratiquait un mécénat discret
dont bénéficièrent
chroniques de carcassonne,carcassonne,pierre subleyras,église saint-vincent,pierre poulhariez
l'église Saint-Vincent, sa paroisse et la Confrérie des Pénitents Bleus.
Or pour leur chapelle, il commanda à Subleyras un grand tableau représentant
chroniques de carcassonne,carcassonne,pierre subleyras,église saint-vincent,pierre poulhariez
la "Dernière communion de Saint Jérôme",
moins inspiré de l'oeuvre célèbre du  Dominiquin
que d'une toile d'Auguste Carrache que le peintre sans être allé à
Bologne pouvait connaître par une gravure de François Perrier.
A l'église Saint Vincent, Pierre Poulhariez fonda une chapelle dédiée à la
Sainte Croix où il fut inhumé et qu'il eut soin d'embellir d'une représentation
d'Héraclius portant le croix. La disparition du tableau empêche de le donner
avec certitude à Subleyras, bien qu'une esquisse de sa main traite le même sujet,
et qu'on dise la toile venue de Rome comme le Saint-Jérôme.

A ces deux oeuvres religieuses, s'ajoute le fameux portrait de
chroniques de carcassonne,carcassonne,pierre subleyras,église saint-vincent,pierre poulhariez
Madame Poulharliez et de sa fille,
que l'on estime être un des meilleurs de la période des débuts.
Ces trois oeuvres de prix aux yeux même du
commanditaire manifestent une préférence qui put être lors du passage
à Carcassonne un pari sur un jeune peintre aux dons évidents.
La carrière de Subleyras est jalonnée de protections dont certaines
éclatantes comme celle du pape Benoît XIV, d'autres pourraient
avoir été plus obscures et non moins efficaces.
Pour achever de rêver sur ce point d'histoire, disons que le beau-frère de
Pierre Poulharliez se nommait Raymond Rivalz,
"Conseiller du roi et receveur des décimes du diocèse",
un cousin peut-être d'un peintre célèbre vers qui s'achemine le jeune Uzétien".
chroniques de carcassonne,carcassonne,pierre subleyras,église saint-vincent,pierre poulhariez
Récit extrait, p.52, du catalogue de l'exposition au
Musée du Luxembourg (Paris) en 1987.
"Subleyras 1699-1749"
Michel Olivier - Pierre Rosenberg
Edité par la Réunion des Musées Nationaux.
----------
Photos: Chroniques de Carcassonne
Avec mes remerciements pour son érudition sur ce sujet à
Jean Cazaux.

 

samedi, 21 mars 2015

De Carcassonne à Rome, devant une peinture de Pierre SUBLEYRAS (1699-1749) qui vécut dans notre ville en 1716

En direct de Rome pour visiter un de ses nombreux Musées,
Rome 2015 065.JPG
situé au Palais Braschi près de la place Navone,
chroniques de carcassonne,carcassonne,rome,pierre subleyras
où se trouve une oeuvre de
Self-portrait_by_Pierre_Subleyras 1746.jpg
Pierre SUBLEYRAS
(Saint Gilles du Gard 1699 - Rome 1749).
Rome 2015 085.JPG
 Ce tableau intitulé
"San Camillo de Lellis sauvant les malades pendant l'inondation de
l'hôpital du Saint-Esprit
"
fut peint en 1746 pour la cérémonie de canonisation de
Camillo de Lelllis (1550-1614) à Saint-Pierre.

Après une période d'apprentissage auprès d’Antoine Rivalz à Toulouse
et un séjour à Carcassonne en 1716,
  Pierre Subleyras se rendit à Paris en 1726. L'année suivante, il remporta le
Prix de Rome avec une toile intitulée Le Serpent d'airain
(visible au Musée des beaux-arts de Nimes).
Il partit à Rome en 1728 où il fut pensionnaire, jusqu'en 1735,
de l’Académie de France. Marié à Maria-Felice Tilbadi, une miniaturiste romaine
qui reproduisit souvent ses œuvres, il vécut dans la "Ville Eternelle"
jusqu’à sa mort en 1749 et ne retourna jamais en France.
Il est aujourd'hui considéré comme l'un des principaux
peintres de France et d'Italie du XVIIIe siècle.
chroniques de carcassonne,carcassonne,rome,pierre subleyras

Deux de ses oeuvres sont également visibles dans notre ville.
Pierre Subleyras Carcassonne 001.JPG
Au musée des beaux-arts:
"Portrait de Mme Poulhariez et de sa fille Anne" (1726)".
Epouse de Pierre Poulhariez (1671-1748), marchand drapier à Carcassonne,
anobli par les charges municipales de capitoul qu'il occupa à Toulouse,
celle-ci est portraiturée avec la plus jeune des ses fille, Anne,
future épouse de Louis Pascal, propriétaire de la manufacture de Montolieu.

AAVC 7 avril 2012 (6).jpg
A l'église Saint-Vincent:
"La communion de Saint Jérôme"
Ce tableau fut découvert en 1979 dans les combles de l'église par
l'abbé Jean Cazaux.
Photos: Chroniques de Carcassonne

A lire pour en savoir plus:
chroniques de carcassonne,carcassonne,rome,pierre subleyras
Le catalogue de l'exposition au Musée du Luxembourg (Paris) en 1977.
Michel Olivier - Pierre Rosenberg
"Subleyras 1699-1749"
Edité par la Réunion des Musées Nationaux.
Guide du Musée de Carcassonne.jpg
La présentation complète du tableau représentant Mme Poulhariez dans
le guide des collections du Musée des beaux-arts à la page 43.
-----------
http://fr.wikipedia.org/wiki/Pierre_Subleyras
-----------
http://fr.museodiroma.it/collezioni/percorsi_per_temi/fes...